PANDEMIE A CORONAVIRUS : CLIQUEZ ET LISEZ AVANT DE VOUS RENDRE EN CONSULTATION

Mise à jour : 06 août  2021

Tous les praticiens ainsi que le personnel de ménage du Cabinet Médical Nation ont été vaccinés contre le COVID-19.

Source : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

DienogestGénéralités

Le Diénogest est une hormone dont l'action est proche à celle de la Progestérone. Ce traitement est utilisé essentiellement dans l'endométriose, ou lorsqu'il est associé à l'œstradiol, dans les carences oestrogéniques liées à la ménopause, la contraception et les hémorragies fonctionnelles gynécologiques.

 

Mécanisme d'action

Le Diénogest est un dérivé de la nortestostérone. Non seulement il est dépourvu d'activité androgénique, mais il exerce plutôt une activité anti-antigénique comparable à un tiers de l'activité de l'acétate de cyprotérone.

Cette molécule se lie aux récepteurs de la Progestérone présents dans l'utérus avec une affinité de 10 % comparativement à la Progestérone naturelle. Malgré cette faible affinité, cette molécule exerce une activité progestative puissante.

Le Diénogest ne présente aucune activité androgénique, minéralocortocoïde ou glucocorticoïde significative.

Par son effet progestatif puissant le Diénogest réduit la production naturelle d'œstradiol et inhibe ainsi les effets trophiques de cette dernière sur l'endomètre normal ou sur l'endomètre ectopique présent en cas d'endométriose.

Lorsque le Diénogest est administré en continu, il provoque un environnement hypo-ostrogénique et hyper-progestogénique ce qui provoque dans un premier temps une décodualisation puis une atrophie du tissu endométrial des lésions endométriosiques.

 

Indications

Un examen médical est nécessaire avant de débuter le traitement. Une surveillance régulière est recommandée.

L'indication du Diénogest est l'endométriose. Mais associé à l'œstradiol, ce traitement peut être utilisé dans les carences ostrogéniques de la ménopause, la contraception ou les saignements menstruels abondants chez les femmes sans pathologie organique désirant une contraception orale.

Le traitement peut être débuté à n'importe quel moment du cycle menstruel. Les comprimés peuvent être pris au cours ou en dehors des repas, de préférence à heure fixe chaque jour. Les posologies habituelles chez l'adulte sont d'un comprimé par jour, sans interruption entre 2 plaquettes.

 

Contre indications

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

  • accident thromboembolique veineux (phlébite, embolie..) ;
  • accident cardiovasculaire par obstruction d'une artère (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral...) ancien ou survenant au cours du traitement ;
  • cancer hormonodépendant ;
  • diabète compliqué de lésions vasculaires ;
  • saignement génital intermittent (l'origine de ce saignement doit être déterminée par des examens avant la mise en route du traitement) ;
  • maladie du foie, grave ou récente.

 

Effets secondaires

Les effets indésirables les plus fréquemment rencontrés sont : anomalies de règles, à type de spotting, saignements irréguliers, règles abondantes, ou au contraire, absence de règles.

Les effets indésirables observés chez 1 à 10 % des utilisatrices : prise de poids, maux de tête ou migraine, gênes mammaires, état dépressif, troubles du sommeil, nervosité, irritabilité, baisse de la libido, nausées, vomissements, douleurs abdominales, flatulence, acné, chute de cheveux, bouffées de chaleur, faiblesse.

Dans moins de 1 % des cas on peut observer  : anémie, perte de poids, augmentation de l'appétit, changement d'humeur, anxiété, troubles de l'attention, sécheresse oculaire, bourdonnement d'oreilles, diarrhée, constipation, inflammation des gencives, peau sèche, transpiration excessive, démangeaisons, pousse anormale des poils, photosensibilité, ongles cassants, douleur osseuse, crampes musculaires, candidose ou sécheresse ou perte vaginale, rétention d'eau.

 

Interactions médicamenteuses

Les médicaments contenant les substances suivantes sont susceptibles de diminuer l'efficacité du traitement par Diénogest. Si vous êtes traitée par l'un de ces médicaments pensez à le signaler à votre médecin : carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne, primidone, griséofulvine, rifabutine, rifampicine.

Contraception

Chez les patientes utilisant un contraceptif hormonal, ce dernier doit être interrompu avant l'instauration du traitement par Diénogest.

Ce médicament diminue fortement le risque de grossesse, sans toutefois être considéré comme un contraceptif. Si une contraception est nécessaire, une méthode contraceptive non hormonale complémentaire (préservatifs par exemple) doit être utilisée.

 

Médicaments contenant du Diénogest (liste non exhaustive)

Diénogest seul :

  • Dimetrum (générique de Visanne)
  • Endovela
  • Sawis
  • Visanne

Diénogest associé à l'œstradiol :

  • Climodiene
  • Misolfa
  • Oedien
  • Qlaira

 

Crédit photo

Image par Michal Jarmoluk de Pixabay

 

Sources

Vidal

ANSM

 

A lire aussi

DICTIONNAIRE GYNECO-OBSTETRICAL  A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

0
Articles
0
Gynécologie
0
Obstétrique
0
Fertilité
0
Images