Note utilisateur: 3 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Généralités

La première consultation pour un bilan de stérilité commence par un interrogatoire du couple, à la recherche d’antécédents médicaux, chirurgicaux, ou d’une cause évidente de stérilité. La deuxième étape consiste à l’examen clinique général et plus particulièrement à l’examen de l’appareil génital des deux membres du couple.

Chez un couple jeune, lorsque l’interrogatoire, les antécédents et l’examen clinique ne montrent pas de particularités, il est conseillé d’attendre au moins 12 à 18 mois de vie sexuelle régulière avant de procéder à un véritable bilan de stérilité.

 

Interrogatoire

L’interrogatoire permet parfois d’orienter le médecin vers la cause de la stérilité. Les deux membres du couple peuvent être interrogés simultanément ou séparément.

Chez la femme :

  • âge d’apparition des premières règles ;
  • régularité du cycle, aménorrhée (absence de règles) ;
  • notion de règles douloureuses ou de douleur pelvienne ;
  • antécédents de maladie sexuellement transmissible, de grossesses antérieures, d’interruption volontaire de grossesse, de fausse couche, de chirurgie abdomino-pelvienne, de maladie chronique ou héréditaire ;
  • date d’arrêt de la contraception ;
  • régularité des rapports sexuels, durée de vie commune ;
  • profession ;
  • prise de toxiques (tabac, alcool, drogues) ;
  • date de début du désir de grossesse.

Chez l’homme :

  • antécédents de maladie sexuellement transmissible, de grossesses antérieures avec une autre partenaire, de chirurgie abdomino-pelvienne ou testiculaire, de maladie chronique ou héréditaire ;
  • anomalie uro-génitale, troubles sexuels ;
  • régularité des rapports sexuels, durée de vie commune ;
  • profession ;
  • prise de toxiques (tabac, alcool, drogues) ;
  • date de début du désir de grossesse.

 

Examen clinique

L’examen clinique permet parfois d’orienter le médecin vers la cause de la stérilité. Les deux membres du couple peuvent être interrogés simultanément ou séparément.

Chez la femme :

  • Examen au spéculum, frottis cervico-vaginal, toucher vaginal ;
  • Taille, poids ;
  • Caractères sexuels secondaires (aspect de la pilosité pubienne et axillaire, développement des seins), aspect du clitoris, de la vulve, du vagin.

Chez l’homme :

  • Examen de l’appareil génital externe, aspect des testicules, du pénis, de la prostate
  • Taille, poids ;
  • Caractères sexuels secondaires (aspect de la pilosité pubienne et axillaire, développement des seins).

 

Le bilan proprement dit

Le bilan de stérilité est prescrit en plusieurs étapes, orienté par l’interrogatoire et l’examen clinique. Parfois, les résultats d’un examen peuvent nécessiter la réalisation d’examens complémentaires. Tous les examens énumérés ne sont pas obigatoires.

Chez la femme :

  • Courbe de température : permet d’avoir une idée sur la présence ou l’absence d’une ovulation (courbe biphasique ovulatoire) et sur sa bonne ou mauvaise qualité (plateau thermique de 10 jours ou raccourci). Elle montre à postériorité à quel moment du cycle s’est produite l’ovulation ;
  • Echographie pelvienne : évalue la « réserve ovarienne », la vascularisation utérine et recherche une anomalie anatomique de l’utérus des trompes ou des ovaires ;
  • Hystérosalpingographie : examen radiologique avec injection de produit de contraste dans l’utérus permettant d’apprécier la perméabilité ou l’obstruction des trompes utérines ;
  • Bilan hormonal : effectué entre J-2 et J-4 (FSH, LH, 17 Bêta-Oestradiol, AMH, Inhibine B), il évalue la « réserve ovarienne » et recherche une anomalie de l’hormone Prolactine (PRL), de la glande thyroïde (TSH) ou des glandes surrénales (Testostérone, Delta-4 Androsténdione). Effectué à J-21 il évalue la qualité de l’ovulation (Progestérone) ;
  • Hystéroscopie diagnostique : examen visuel de la cavité utérine ;
  • Sérologies : recherche d’infection et évaluation du statut immunitaire ;
  • Test de Hühner ou test post-coïtal : permet d’évaluer la qualité de la glaire cervicale, la présence, le nombre et la qualité de spermatozoïdes, la compatibilité entre les spermatozoïdes et la glaire cervicale ;
  • Coelioscopie diagnostique avec épreuve au bleu : analyse de la perméabilité des trompes utérines, recherche d’endométriose, d’adhérences, d’infection génitale ;
  • Prélèvement vaginal : recherche d’une infection génitale ;
  • Caryotype sanguin : recherche d’une anomalie chromosomique.

Chez l’homme :

  • Spermogramme (analyse du volume de l’éjaculat, du nombre, de la mobilité, de la vitalité des spermatozoïdes), Spermocytogramme (analyse de la morphologie des spermatozoïdes), Spermoculture (recherche d’une infection spermatique), Test de migration survie ;
  • Sérologies : recherche d’infection ;
  • Bilan hormonal : FSH, LH, Testostérone, Prolactine, Inhibine B : évaluent la fonction testiculaire ;
  • Echographie testiculaire avec Doppler des vaisseaux spermatiques : analyse la morphologie et la vascularisation de l’appareil génital ;
  • Biochimie séminale (liquide spermatique) ;
  • Caryotype sanguin : recherche d’une anomalie chromosomique ;
  • Recherche d’une microdélétion du chromosome Y ;
  • Recherche d’une anomalie du gène CFTR de la mucoviscidose ;
  • Test de fragmentation de l’ADN spermatique.

 

A lire aussi

  • Aucun commentaire sur cet article.
Ajouter un commentaire