PANDEMIE A CORONAVIRUS

Mise à jour : 22 mars 2020

Chères patientes,

Durant le stade 3 de l'épidémie de COVID-19, en concertation avec l'ensemble du personnel du cabinet médical et en conformité avec les recommandations des sociétés savantes, j'ai décidé de réorganiser mon activité.

Afin de réduire votre risque de contamination en salle d'attente et afin de préserver ma propre santé pour pouvoir vous soigner :

  • Je reçois en consultation uniquement les rendez-vous urgents (douleurs gynécologiques, saignements gynécologiques, suivi normal de grossesse). Tout le reste sera reporté pour la fin de l'épidémie (colposcopies, hystéroscopies, frottis, dépistage, infertilité, chirurgie). Bien sûr, les accouchements à la maternité ne seront pas reportés jusqu'à la fin de l'épidémie ;-).
  • Je favorise au maximum les vidéo consultations (demande de RDV en appelant ma secrétaire ou directement en ligne ICI).
  • Je consulterai au cabinet en "présentiel" essentiellement les mercredis.

Merci pour votre compréhension.

POUR IMPRIMER VOTRE ATTESTATION DE DÉPLACEMENT DÉROGATOIRE AVANT DE CONSULTER CLIQUEZ ICI

vignette questions coronavirus def 2Source : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Protocoles de stimulation de l'ovulation en fécondation in vitro - 4.3 out of 5 based on 7 votes

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

L’objectif d’une stimulation de l’ovulation en fécondation in vitro

Le but de la stimulation de l’ovulation en fécondation in vitro est d’augmenter les chances de grossesse chez des couples infertiles. La stimulation de l’ovulation permet d’assurer le développement de plusieurs follicules ovariens (au lieu d’un seul), ce qui permet d’obtenir plusieurs ovocytes puis plusieurs embryons à transférer dans l’utérus.

 

Les étapes d’une stimulation de l’ovulation en fécondation in vitro

Chaque protocole comporte habituellement 3 temps : blocage ovarien, stimulation de l’ovulation et déclenchement de l’ovulation.

Le blocage ovarien

Le but du blocage ovarien est de mettre au repos les ovaires afin d’éviter une ovulation prématurée qui compromettrait la poursuite du traitement. Il permet également d’augmenter le nombre d’ovocytes et d’embryons obtenus. Enfin, le blocage ovarien permet une meilleure planification du déclenchement de l’ovulation et une meilleure répartition des ponctions au cours de la semaine.

Cet effet est obtenu en désensibilisant la glande hypophyse puis les ovaires par l’administration d’un « agoniste de la GnRH ». Le blocage de l’ovulation peut débuter en phase lutéale du cycle précèdent (J-21, protocole long) ou en phase folliculaire du même cycle de stimulation (J-1 ou J-2, protocole court). Son efficacité est vérifiée à J-2 ou J-3 du cycle de stimulation par une échographie et par un dosage hormonal.

Les « agonistes de la GnRH » existent sous forme d’injections quotidiennes ou sous forme d’injection unique.

La stimulation de l’ovulation

La croissance concomitante de plusieurs follicules est assurée par l’administration de gonadotrophines (hormone FSH ou HMG), parallèlement à la poursuite du traitement par agonistes de la GnRH. La stimulation dure 10 à 11 jours en moyenne. Elle fait l’objet d’une surveillance appelée « monitorage de l’ovulation » qui consiste à la pratique de dosages hormonaux et d’échographies à partir de J-8, répétés tous les 1 à 3 jours.

Le déclenchement de l’ovulation

Le déclenchement de l’ovulation est effectué par une injection unique d’hormone HCG. Cette injection se fait habituellement à 22h, ce qui permet la ponction ovocytaire 36 h plus tard, lorsque que les ovocytes terminent leur maturation et juste avant que ne se produise l’ovulation.

 

Les protocoles

Protocole long

C’est le protocole le plus souvent utilisé.

protocole long

 

Protocole court

Ce protocole est utilisé plutôt chez les femmes dites « mauvaises répondeuses ». Le blocage commence à J-1 ou J-2 et la stimulation de l’ovulation commence en même temps, ou 1 à 2 jours plus tard.

protocole court

 

Protocole avec antagonistes de la GnRH

Les antagonistes de la GnRH empêchent la survenue d’un pic de LH (pic hormonal qui provoque l’ovulation). Leur effet est immédiat. Dans ce protocole, la stimulation ovarienne par FSH ou HMG débute à J-2. Le monitorage de l’ovulation débute à J-6. Les injections d’antagonistes de la GnRH peuvent être quotidiennes, à partir de J-6 ou J-7 jusqu’au jour du déclenchement de l’ovulation ou bien à dose unique, à J-6 ou J-7, éventuellement renouvelable 4 jours plus tard.

protocole antagonistes

 

Les médicaments

Les médicaments du blocage de l’ovulation

Les agonistes de la GnRH

Decapeptyl, Suprefact, Enantone, Synarel

Les antagonistes de la GnRH

Cetrotide, Orgalutran (Générique Fyremadel Gé)

Conditions de conservation :

  • CETROTIDE® doit être conservé entre 2°C et 8°C avec une possibilité pour la patiente de conserver le produit à une température ambiante ne dépassant pas 30°C pendant un maximum de 3 mois.

Les médicaments de la stimulation de l’ovulation

HMG (FSH + LH d’origine humaine) : Ménopur, Fostimon

FSH recombinante : Puregon, Gonal F, Rekovelle

LH recombinante : Luveris

Stimulant folliculaire à activité FSH prolongée : Elonva

Biosimilaire du Gonal f : Ovaleap

Les médicaments du déclenchement de l’ovulation

HCG naturelle : HCG endo 5000

HCG recombinante : Ovitrelle

 

A lire aussi

DICTIONNAIRE GYNECO-OBSTETRICAL  A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

0
Articles
0
Gynécologie
0
Obstétrique
0
Fertilité
0
Images

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.