Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

metaplasie osteoideGénéralités

La métaplasie ostéoïde correspond à la présence de tissu osseux ectopique dans l’endomètre. Sa fréquence est estimée à 0,3 pour 1000 femmes infertiles.

 

Symptômes

Le diagnostic est le plus souvent effectué dans le cadre de l’exploration d’une infertilité secondaire. Les autres signes d’appel peuvent être :

  • Dysménorrhée secondaire (règles douloureuses alors qu’elles ne l’étaient pas auparavant) ;
  • Leucorrhées (pertes vaginales anormales) ;
  • Douleur pelvienne chronique ;
  • Expulsion de débris.

La métaplasie ostéoïde peut aussi rester totalement asymptomatique.

 

Facteurs de risque

  • Interruption de grossesse, le plus souvent à un terme tardif (interruption volontaire de grossesse IVG ; interruption médicale de grossesse IMG ; fausse couche spontanée FCS).
  • Accouchement compliqué d’une rétention placentaire en post partum.

 

Diagnostic

Le diagnostic peut être posé de quelques semaines à plusieurs années après le facteur déclenchant initial.

Le diagnostic est évoqué en premier lieu à l’échographie, devant la présence d’une image intra-utérine, hyperéchogène, à contours flous, souvent linéaire, avec un cône d’ombre postérieur.

metaplasie osteoideMétaplasie ostéoïde

L'examen de référence est l'hystéroscopie diagnostique. L’hyperplasie ostéoïde se présente comme une formation intra-utérine, fragmentée, enchevêtrée, intimement adhérente à l’endomètre, calcifiée, blanc jaunâtre.

metaplasie osteoide 1 a

metaplasie osteoide 1 b

Métaplasie ostéoïde

Vidéo d'une métaplasie ostéoïde

L’examen doit préciser la taille de la métaplasie ; sa proportion dans la cavité utérine ; sa localisation dans la cavité utérine et la possibilité technique de sa résection.

L’hystéroscopie peut aussi s’avérer normale lorsque les fragments osseux sont enfouis dans le myomètre et recouverts d’un endomètre d’aspect normal.

La confirmation du diagnostique s'effectue sur l’examen anatomopathologique.

 

Diagnostic différentiel

  • Polype utérin calcifié ;
  • Tuberculose génitale ;
  • Fibrome utérin calcifié ;
  • Cicatrice de césarienne calcifiée ;
  • Stérilet intra-utérin ;
  • Synéchie utérine ;
  • Tumeur maligne.

 

Physiopathologie

Plusieurs hypothèses sont émises pour expliquer cette pathologie :

  • Rétention de fragments osseux du fœtus ;
  • Greffe à l’intérieur de l’endomètre de cellules fœtales mésenchymateuses lors du curetage, se transformant dans un deuxième temps en tissu osseux ;
  • Transformation de cellules endomètriales d’origine mullérienne en tissu osseux sous l’effet de microtraumatismes ;
  • Transformation du chorion (tissu situé sous la muqueuse de l’endomètre) sous l’effet de microtraumatismes ou d’une endométrite en tissu conjonctif cicatriciel maternel contenant des ostéoblastes.

 

Traitement

Le traitement standard est l’hystéroscopie opératoire avec résection élective à l’anse diathermique de tous les foyers de métaplasie ostéoïde. Elle doit être douce et précautionneuse afin d’éviter une perforation utérine ou la formation de synéchies.

Les fragments retirés sont adressés pour un examen anatomopathologique afin de confirmer le diagnostic et d’éliminer une pathologie tumorale.

Les récidives sont rares mais restent possibles.

 

A lire aussi

  • Aucun commentaire sur cet article.
Ajouter un commentaire