Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Généralités

Le taux d’allaitement maternel en France est estimé à environ 56%. Il est l’un des plus bas au monde. On estime à 50% le taux de bébés allaités qui sont sevrés à 8 semaines, et à 70 % à 12 semaines. La durée moyenne d’allaitement est donc de 2 à 3 mois.

Pour les 44% des femmes qui n’allaitent pas, l’un des moyens pour éviter la montée laiteuse est le traitement médicamenteux. Plusieurs de ces traitements sont dans le viseur des différentes agences du médicament depuis l’année 2013. En effet, plusieurs observations rapportent la survenue d'effets secondaires parfois sévères, alors que le rapport bénéfice risque que ces traitements apportent est faible, selon ces mêmes agences.

 

Mécanisme d’action

Les médicaments à base de Bromocriptine agissent sur les circuits nerveux de la Dopamine. Ainsi, ces médicaments inhibent la libération de l’hormone Prolactine par la glande hypophyse.

Ces traitements sont indiqués dans le traitement de la maladie de Parkinson et dans l’adénome hypophysaire à Prolactine.

 

Contre-indications

  • Hypertension artérielle non équilibrée ;
  • Hypertension du post‐partum ou puerpérale ;
  • Troubles hypertensifs de la grossesse (incluant l’éclampsie, la pré éclampsie et l’hypertension liée à la grossesse) ;
  • Antécédents de maladie coronaire ou autre antécédent cardiovasculaire grave ;
  • Troubles ou antécédents de troubles psychiatriques sévères.

 

Effets secondaires des médicaments à base de Bromocriptine (Parlodel et génériques)

Des effets secondaires rares mais graves (de l’ordre de 0,005 % à 0,4 %) ont déjà fait l’objet en 2013 d’une demande de réévaluation par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM). Il s’agit d’effets cardiovasculaires, neurologiques et psychiatriques :

  • Accident vasculaire cérébral ;
  • Infarctus du myocarde ;
  • Hypertension artérielle ;
  • Convulsions ;
  • Hallucinations.

 

Recommandations, Indications

L’agence européenne du médicament dans un communiqué du 21 août 2014 recommande de restreindre fortement l’utilisation des médicaments à base de Bromocriptine dans leur indication de stopper la montée laiteuse dans les suites d’un accouchement en raison d’un risque d’effets indésirables graves. Ainsi, l’agence européenne recommande que « La bromocriptine ne doit pas être utilisée de manière systématique pour prévenir ou stopper la lactation ». Les seules situations qui devraient encore justifier un tel traitement pour arrêter la lactation (dites « situations impérieuses ») sont :

  • Infection maternelle par le virus HIV ;
  • Perte d’un nouveau-né pendant ou après l’accouchement pour éviter un stress supplémentaire ;
  • Interruption thérapeutique de grossesse.

Ces indications ne sont maintenues uniquement pour des doses ne dépassant pas 2,5 mg.

Avant toute prescription, le prescripteur doit être attentif aux facteurs de risque cardiovasculaires, neurologiques et psychiatriques de la patiente et respecter la posologie.

 

Les autres alternatives

  • Lorsqu’une femme n’allaite pas, le processus de la lactation s’arrête spontanément une à deux semaines plus tard ;
  • Antalgiques (paracétamol) ;
  • Lisuride (Arolac®) et cabergoline (Cabergoline Sandoz® 0,5 mg) ;
  • Traitements non médicamenteux (acupuncture, phytothérapie, homéopathie)…

 

A lire aussi

 

Sources

ANSM 04 août 2014

European Medicines Agency 21 août 2014

  • Aucun commentaire sur cet article.
Ajouter un commentaire
0
Pages
0
Gynécologie
0
Obstétrique
0
Fertilité
0
Images

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.