PANDEMIE A CORONAVIRUS

Mise à jour : 22 mars 2020

Chères patientes,

Durant le stade 3 de l'épidémie de COVID-19, en concertation avec l'ensemble du personnel du cabinet médical et en conformité avec les recommandations des sociétés savantes, j'ai décidé de réorganiser mon activité.

Afin de réduire votre risque de contamination en salle d'attente et afin de préserver ma propre santé pour pouvoir vous soigner :

  • Je reçois en consultation uniquement les rendez-vous urgents (douleurs gynécologiques, saignements gynécologiques, suivi normal de grossesse). Tout le reste sera reporté pour la fin de l'épidémie (colposcopies, hystéroscopies, frottis, dépistage, infertilité, chirurgie). Bien sûr, les accouchements à la maternité ne seront pas reportés jusqu'à la fin de l'épidémie ;-).
  • Je favorise au maximum les vidéo consultations (demande de RDV en appelant ma secrétaire ou directement en ligne ICI).
  • Je consulterai au cabinet en "présentiel" essentiellement les mercredis.

Merci pour votre compréhension.

POUR IMPRIMER VOTRE ATTESTATION DE DÉPLACEMENT DÉROGATOIRE AVANT DE CONSULTER CLIQUEZ ICI

vignette questions coronavirus def 2Source : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Syndrome de RokitanskyGénéralités

Le syndrome de Mayer Rokitansky Küster Hauser (MRKH) correspond à une malformation congénitale de l’appareil génital interne féminin (absence congénitale de vagin et d'utérus). Il concerne environ un sur 4500 nouveaux-nés de sexe féminin. Le motif principal de consultation est l’absence d’apparition de règles (aménorrhée primaire) et / ou des rapports sexuels difficiles. Quelques rares cas familiaux ont été décrits.

 

Diagnostic

Le diagnostic est évoqué devant la présence de signes cliniques :

  • Aménorrhée primaire, non accompagnée de douleur cyclique ;
  • La partie interne du vagin est plus ou moins développée ou absente ;
  • Stérilité ;
  • Les organes génitaux externes sont normaux ;
  • Les caractères sexuels secondaires sont normaux (développement des seins, pilosité).

Les examens complémentaires montrent :

  • Absence d’utérus (à l’échographie ou à l’IRM) ;
  • Les ovaires et les trompes utérines sont normaux (à l’échographie ou lors d’une coelioscopie) ;
  • Le bilan hormonal est normal ;
  • Le caryotype est normal : 46 XX.

 

Formes cliniques

Il existe 3 formes cliniques, classés en fonction du degré d’agénésie (absence de développement) des organes génitaux internes :

  • Forme majeure :
    • cornes utérines rudimentaires ;
    • trompes et ligaments grêles ;
    • anomalies rénales très fréquentes ;
    • absence de cupule vaginale.
  • Forme habituelle :
    • cornes utérines pleines ;
    • ligaments et trompes normales ;
    • anomalies rénales fréquentes ;
    • cupule vaginale présente ou ébauchée.
  • Forme mineure :
    • cornes utérines développées ;
    • endomètre présent ;
    • absence d’anomalie rénale ;
    • cupule vaginale présente.

 

Traitement

Les traitements reposent sur des dilatations vaginales à l'aide de bougies ou sur la création chirurgicale d’un néo vagin à l’aide d’une anse intestinale, ce qui permet des rapports sexuels satisfaisants. L'obtention d'une grossesse est possible par fécondation in vitro, avec ponction de ses propres ovocytes mais avec transfert d'embryons chez une mère porteuse (ou plutôt « gestation pour autrui » ou « mère gestationnelle » car l’enfant est issu des gamètes du couple).

Le soutien psychologique est important.

 

A lire aussi

DICTIONNAIRE GYNECO-OBSTETRICAL  A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

0
Articles
0
Gynécologie
0
Obstétrique
0
Fertilité
0
Images

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.