Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Beffroi de Montrouge SFCPCVComme l'année dernière, c'est au Beffroi de Montrouge que s’est tenu les 10 et 11 janvier 2020 le 43ème congrès de la SFCPCV, sur fond de perturbations du trafic des trains, des bus et des métros en raison de la grève contre la reforme des retraites.

L'intitulé du congrès était cette année "Nouvelles recommandations en pathologies cervicales : le test HPV, Tout change?" et c'est autour de ce thème que se sont déroulées la plupart des présentations.

Le congrès annuel a réuni environ 600 participants venus de nombreux pays francophones. Plusieurs collègues Québécois faisaient partie des orateurs invités à ce congrès.

Seules les présentations les plus pertinentes sont résumées dans cet article, et surtout, ce qu'il faut en retenir.

Tout comme en 2019, plusieurs discussions ont porté sur les fake news, en particulier au sujet des vaccinations anti HPV.

 

Sans doute, les deux thèmes les plus attendus étaient :

 

  • Plus de 10 ans après le lancement de la vaccination anti-HPV : Où en sommes-nous ?
  • Dépistage du cancer du col de l'utérus : Nouvelles recommandations ;
  • Nouvelles recommandations pour le suivi post-thérapeutique des lésions cervicales.

 

Beffroi de Montrouge SFCPCV

 

Plus de 10 ans après le lancement de la vaccination anti-HPV : Où en sommes-nous ?

Un rappel des dernières recommandations de l'HAS (datant de décembre 2019) ainsi que certaines précisions concernant ces vaccins sont présentés :

  • Compte-tenu de l’évolution lente des cancers du col de l’utérus et ano-génitaux liés à une infection par les HPV, il n’existe pas encore de preuve d’efficacité clinique sur les cancers mais uniquement sur les lésions précancéreuses de haut grade, qui sont les précurseurs du cancer.
  • À ce jour, les trois vaccins sont recommandés en France pour la vaccination des jeunes filles. Toute nouvelle vaccination doit cependant être initiée avec le vaccin GARDASIL 9® (9HPV).
  • La vaccination par GARDASIL 9® (9HPV) est également recommandée chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) jusqu’à l’âge de 26 ans et chez les adolescents immunodéprimés des deux sexes, aux mêmes âges que pour la population générale, avec un rattrapage jusqu’à l’âge de 19 ans révolus.
  • Il est recommandé de poursuivre un schéma vaccinal débuté avec le même vaccin en l’absence d’études utilisant un schéma mixte avec GARDASIL 9®.
  • L'AMM pour le vaccin anti-HPV ne mentionne pas de limite d'âge supérieur.
  • Le taux de couverture vaccinale en France reste très faible, < 30% de la population en âge d'être vaccinée.

La HAS recommande :

  • L’élargissement de la vaccination anti-HPV par GARDASIL 9® (9HPV) pour tous les garçons de 11 à 14 ans révolus selon un schéma à 2 doses (M0, M6).
  • Un rattrapage possible pour tous les adolescents et jeunes adultes de 15 à 19 ans révolus selon un schéma à 3 doses (M0, M2, M6).
  • Le maintien d’une recommandation vaccinale spécifique par Gardasil 9 pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes jusqu’à 26 ans révolus selon un schéma à 3 doses (M0, M2, M6).

Le schéma vaccinal actuel recommandé pour les vaccinations débutées, filles et garçons, doit privilégier le GARDASIL 9® :

  • Vaccination recommandée entre 11 et 14 ans révolus : 2 doses espacées de 6 mois (M0, M6) ;
  • Vaccination de rattrapage pour les non vaccinées, entre 15 et 19 ans révolus : 3 doses administrées selon un schéma 0, 2 et 6 mois (M0, M2, M6) ;
  • Vaccination recommandée pour les HSH (hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes) jusqu’à 26 ans révolus : 3 doses selon un schéma 0, 2 et 6 mois (M0, M2, M6).

 

Dépistage du cancer du col de l'utérus : Nouvelles recommandations

Un rappel de l'épidémiologie des lésions cervicales est présenté :

En France, chaque année :

  • 3 000 nouveaux cas de cancer du col de l'utérus sont diagnostiqués ;
  • 1 100 décès sont liés au cancer du col de l'utérus ;
  • 235 000 cytologies sont anormales ;
  • 31 000 lésions cancéreuses ou précancéreuses sont traitées ;
  • L'âge moyen lors du diagnostic d'un cancer du col de l'utérus est de 51 ans ;
  • L'âge moyen du décès par cancer du col de l'utérus est de 64 ans.

 

Dans le cadre des nouvelles recommandations du dépistage du cancer du col de l'utérus il est évalué que :

Parmi les femmes âgées de 30 à 65 ans, 10% seront dépistées positives par le test HPV, 90% seront négatives. Les femmes positives devront bénéficier d'un frottis cervico-utérin "reflexe", effectué automatiquement par le laboratoire sur le même milieu liquide déjà prélevé. Les femmes négatives devront effectuer un nouveau test HPV cinq ans plus tard.

Parmi les femmes dépistées HPV positives et ayant bénéficié d'un frottis cervico-utérin réflexe, 33% auront également un frottis cervico-utérin anormal dont 11% de haut grade ou plus et 22% de type ASCUS ou bas grade. Elles devraient avoir toutes recours à une colposcopie, ce qui fait environ 4% de colposcopies sur l'ensemble des femmes dépistées par test HPV primaire.

67% auront un frottis cervico-utérin normal et devront effectuer un nouveau test HPV un an plus tard.

Lorsque le test HPV est positif et le frottis cervico-utérin est de haut grade ou plus : 5 à 10% des colposcopies sont normales.

Lorsque le test HPV est positif et le frottis cervico-utérin est de type ASCUS ou de bas grade : 85 à 90% des colposcopies sont normales.

L'impact psychologique de la connaissance de se savoir porter un virus HPV n'est pas négligeable et n'et pas à négliger.

Le simple fait de se savoir porteur du virus HPV entraine chez certaines femmes l'apparition de troubles sexuels, d'une baisse du désir sexuel, d'une augmentation de l'anxiété (peur d'avoir un cancer, peur d'avoir des rapports sexuels, peur d'être stérile) et de la dépression.

Il est rappelé que l'algorithme des nouvelles recommandations ne tient pas compte de génotypage des virus HPV mais simplement de la présence ou non d'un virus HPV potentiellement oncogène. Cela, sachant que le génotype HPV 16, puis le 18, sont les plus fréquents et les plus agressifs avec un taux cumulé de lésions de haut grade plus élevé en comparaison des autres génotypages HPV à haut risque.

 

 Nouvelles recommandations de la HAS pour le Dépistage du cancer du col de l'utérus entre 30 et 65 ans

 

Nouvelles recommandations pour le suivi post-thérapeutique des lésions cervicales

 

Nouvelles recommandations de l'INCA pour le suivi post-thérapeutique des lésions cervicales

 

A lire aussi

 

Source

Société Française de Colposcopie et de Pathologies Cervico-Vaginales (SFCPCV) : Janvier 2020

INCA : Institut National du Cancer Octobre 2019

HAS : Juillet 2019

DICTIONNAIRE GYNECO-OBSTETRICAL  A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

0
Articles
0
Gynécologie
0
Obstétrique
0
Fertilité
0
Images

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.